Au Conseil général de l’Ain : avenir des départements et aéroport Saint-Exupéry

Je suis intervenu lors de la séance d’ouverture de la dernière session,  le 8 décembre dernier  :

« Monsieur le Président, mes chers collègues,

Quelques mots, Monsieur le Président, sur votre allocution d’ouverture :  avec beaucoup de prudence et d’habileté, vous avez prononcé un discours électoral tout au long duquel vous avez tenté de prendre de la distance avec le gouvernement que, pourtant, vous soutenez.

Vous prenez vos distances par rapport aux projets du gouvernement en ce qui concerne l’existence même des conseils généraux et les compétences qui leur seront allouées. Pourtant, ce projet de loi est bien un projet de la Gauche ! Et il prévoit de déposséder les conseils généraux de leurs compétences en matière de collèges, de transports scolaires ou de routes. Et je n’ai pas entendu un mot de votre part sur ces sujets.

Vous êtes également favorable à la politique du gouvernement qui consiste à baisser les dotations aux collectivités territoriales : une baisse de 11 millions d’euros, Monsieur le Président, c’est énorme pour notre département !

Et cette baisse, vous la répercutez sur les habitants :

  • Vous pénalisez les établissements et services du secteur social. Vous cessez par exemple de financer les actions favorisant la mobilité des bénéficiaires du RSA. C’est une erreur grossière car ces personnes là ont justement besoin de se déplacer pour retrouver du travail !
  • Vous baissez les investissements. Les dépenses réelles d’investissement baissent de 9% avec le report ou l’abandon de certains équipements
  • Vous augmentez le taux de la taxe sur le Foncier Bâti. On peut toujours ergoter, mais si on additionne l’augmentation des bases et l’augmentation du taux, la taxe sur le Foncier Bâti augmente, dans l’Ain, deux fois plus vite que l’inflation. Pensez-vous que les propriétaires, en particulier les nouveaux accédants, vont voir leurs revenus augmenter deux fois plus que l’inflation ?

 

La deuxième partie de mon intervention, Monsieur le Président, portera sur l’aéroport de Saint Exupéry. C’est un équipement considérable, aux portes de notre département, qui est source d’emplois mais qui génère aussi beaucoup de nuisances pour les communes riveraines, sur la Côtière.

Je pense que nous sommes trop absents de ce dossier. Quelle est l’action du Conseil Général au sein des organismes aéroportuaires existants ? Quelle est votre position sur le projet du gouvernement de vendre l’aéroport ? Je pense que nous devons nous impliquer dans ce dossier; sans quoi, il se règlera à notre détriment. J’en veux pour preuve les discussions sur la vente de l’aéroport de Toulouse qui ont actuellement lieu  avec des investisseurs chinois.

Je vous remercie. »

©Charles de la Verpillière Mentions légales