Ecole : la priorité du gouvernement ?

Ecole : la priorité du gouvernement ?

Le Gouvernement  prétend que l’école est sa priorité.

Pourquoi fait-il alors abroger la Loi Ciotti, votée  pendant le mandat de Nicolas Sarkozy, qui visait à  lutter contre l’absentéisme scolaire (plus de 300 000 cas répertoriés par an) ? Cette loi avait permis la mise en place d’un dispositif gradué et proportionné pour alerter, accompagner, et le cas échéant, sanctionner par la suspension des allocations familiales, les parents dont les enfants auraient été absents à l’école de manière répétée et non justifiée.

 

Le gouvernement fait abroger cette loi, mais ne formule aucune proposition pour résoudre ce problème récurrent.

 

Dans le même temps, M. PEILLON nous annonce qu’il souhaite réformer les rythmes scolaires à l’école primaire, dans l’intérêt même des enfants.  L’idée serait de travailler le mercredi matin, afin d’étaler les 24h d’enseignement hebdomadaire sur 9 ½ journées, plutôt que 8.  Pourquoi pas, en effet ? Mais où se trouve l’intérêt de l’enfant lorsque la journée de classe n’en est pour autant pas raccourcie ? 

 

En effet, la réforme prévoit que l’heure de sortie des classes restera la même. Les enfants termineront les apprentissages scolaires à 15h45 et seront ensuite confiés à la responsabilité des communes.

 

Or, les communes n’ont pas de compétence pédagogique. Les 45 minutes journalières prises en charge par les communes ne vont-elles pas se transformer en simple garderie ? On peut légitimement le craindre.

 

Cette réforme paraît pour le moins précipitée : sa mise en place est prévue à la rentrée de septembre  2013, mais le ministre de l’Education, qui ne passera pas courageusement par la Loi mais par un simple décret  pour éviter tout risque de revers, n’a encore rien défini de précis…

 

Quand on sait que le coût de cette réforme sera supporté par les communes, qui seront certainement amenées à  devoir augmenter les impôts locaux… Quand on voit les énormes problèmes d’organisation que cela va  poser…

 

Quand M. PEILLON annonce qu’il ne reculera pas, où est la  concertation, si chère au  Gouvernement ?  Les enseignements ont fait grève à 90% contre ce projet à Paris.  Qu’en pensent les parents, les communes, les clubs sportifs ou associations qui prennent en charge nos enfants le mercredi ?

 

Vraiment, ces 2 mesures ne me semblent pas aller dans le bon sens…

 

Crédit photo : Fotolia

©Charles de la Verpillière Mentions légales