Egoïsme lyonnais : la Métropole reporte sur l’Ain les nuisances routières dont elle ne veut plus

Egoïsme lyonnais : la Métropole reporte sur l’Ain les nuisances routières dont elle ne veut plus

Le maire de Lyon a obtenu l’accord du Gouvernement pour « déclasser » les autoroutes A6 – A7 qui traversent l’agglomération entre Limonest et Pierre- Bénite  fin 2016 ou début 2017.

L’ancien axe autoroutier sera alors transformé par la Métropole en « boulevard urbain » . Les restrictions apportées à la circulation de transit obligeront 16 000 véhicules par jour, surtout des poids lourds, à contourner l’agglomération.

Or, rien n’est prévu pour absorber ce trafic supplémentaire : le contournement ouest de Lyon (COL) a été abandonné ; les projets de substitution (grand contournement autoroutier ? Anneau des sciences ?) sont à l’état d’ébauche et ne se réaliseront peut-être jamais, en tout cas pas avant une quinzaine d’années.

A partir de 2017, le trafic détourné du « boulevard urbain » va donc se reporter entièrement dans l’Ain, sur les autoroutes existantes : A46 et A432. Les effets seront catastrophiques : bouchons, nuisances aux riverains, saturation des routes départementales adjacentes (RD 933, RD 1083, RD 1084).

Ce lundi, la délégation des élus de l’Ain que j’ai emmené a donc demandé au Préfet de Région :

  • que le Gouvernement ne prenne aucune décision tant que des solutions crédibles ne seront pas définies pour absorber le report de trafic ;
  • que le département de l’Ain soit associé à la réflexion et considéré comme une partie prenante.

Nous avons été écoutés et, je l’espère, entendus.

©Charles de la Verpillière Mentions légales