L’internet à très haut débit dans l’Ain

L’internet à très haut débit dans l’Ain

Qui fait quoi ?
En application de règles nationales, les 419 communes de l’Ain ont été réparties en 2 zones :

La 1ère zone est constituée de 15 communes, qui seront desservies par un réseau de fibre optique construit par Orange. Ce sont les communes les plus denses : l’agglo de Bourg (sauf Viriat, Péronnas et St-André-sur-Vieux-Jonc) ; Oyonnax ; Ambérieu-en-Bugey ; St-Laurent-sur-Saône (à cause de la proximité de Macon). Dans cette « zone d’initiative privée », le déploiement s’effectuera de 2016 à 2020.
La 2ème zone rassemble les 404 autres communes, qui sont considérées comme peu denses et non rentables pour un investissement qui serait réalisé par une entreprise privée. Si l’on veut éviter la « fracture numérique », c’est donc un organisme public qui doit s’en charger, aidé par des subventions de l’Etat, de l’Europe, de la Région, etc, pour compenser le manque de rentabilité. Ainsi, dans l’Ain, le réseau public est construit par le syndicat intercommunal d’énergie et d’e-communication de l’Ain (SIEA), présidé depuis 2014 par Charles de la Verpillière.

Zoom sur le réseau du SIEA
Le SIEA a opté pour un réseau à très haut débit par fibre optique. La construction a commencé en 2010, parmi les tous premiers réseaux publics en France.

L’état d’avancement est le suivant :
– à ce jour, un peu plus de 190 communes sont desservies par la fibre optique, en totalité ou partiellement ;
– il faut y ajouter 131 zones d’activités économiques ;
– dans ces communes et ces ZA desservies, 92 000 prises sont « éligibles » : la fibre optique est disponible à proximité et le raccordement se fait dés que le particulier ou le professionnel en fait la demande auprès d’un fournisseur d’accès internet (FAI) ;
– 16 330 abonnés sont effectivement « activés » : 15 480 particuliers, 580 professionnels, 270 administrations (maires, écoles, hôpitaux, etc). 1 470 demandes de raccordement sont en cours de traitement.

Les principaux FAI présents sur le réseau du SIEA sont K-NET, WIBOX, KIWI, ADELI, TELANDGO et ALSATIS. Numéricable (bientôt SFR) est présent dans le Pays de Gex et le bassin bellegardien.

L’année 2014 a connu un ralentissement des travaux d’extension du réseau, en dépit de l’impatience manifestée par les communes et la population. Pour éviter un endettement excessif, les moyens financiers disponibles ont servi en priorité à la mise à niveau du réseau existant pour qu’il puisse accueillir de nouveaux FAI nationaux. C’est notamment le cas d’Orange qui, en plus de construire son propre réseau dans les 15 communes de la zone d’initiative privée, pourrait venir commercialiser son offre d’accès sur le réseau public du SIEA à partir de 2016.

En 2015, si les intentions de financement par l’Etat et la Région se concrétisent, les travaux d’extension du réseau vont pouvoir reprendre. Les décisions seront prises à l’assemblée générale du SIEA qui aura lieu le 11 avril.

©Charles de la Verpillière Mentions légales