“ avec vos élus locaux, je travaille à des solutions concrètes „
portrait

Portrait

/wp-content/videos/MA_VOCATION.mp4

 

« J ‘ai 60 ans. Je suis marié à Hélène et nous avons 3 enfants : Jean (24 ans), Benoît (22 ans) et Matthieu (19 ans).

Elevé à Lagnieu, j’ai été étudiant en droit et sciences politiques à Paris, puis j’ai réussi le concours de l’Ecole Nationale d’Administration. A la sortie de l’ENA, j’ai intégré le Conseil d’Etat.

Profondément attaché à Lagnieu et à son canton, j’ai voulu y prendre très tôt des responsabilités.

  • En 1988, j’ai été élu pour la 1ère fois conseiller général.
  • En 1995, je suis devenu maire de Lagnieu.
  • En 2004, élu président du conseil général de l’Ain, j’ai choisi de ne pas cumuler les mandats : j’ai laissé mon siège de maire à André Moingeon.
  • En 2007, j’ai été élu au 1er tour député de la deuxième circonscription de l’Ain.
  • En 2008, j’ai été réélu, également au 1er tour, conseiller général du canton de Lagnieu.
  • En juin 2012, j’ai été réélu député de la deuxième circonscription de l’Ain. Je suis membre de la commission de la défense nationale et des forces armées et de la commission des Affaires européennes.

Bien que mes mandats électifs et mon métier soient très prenants, je réserve du temps à ma famille. Ensemble, nous allons au ski, nous voyageons ou, tout simplement, nous nous promenons dans le Bugey avec notre chien. »

 

charles de la Verpillière en famille

en famille

 

Répondant à quelques questions, Charles de la Verpillière revient sur son parcours.

Q/ Charles de la Verpillière, êtes-vous originaire de l’Ain ?
R/ Oui, je suis né il y a 60 ans à Bourg-en-Bresse, mais ma famille est de Lagnieu depuis de nombreuses générations. J’y ai vécu ma jeunesse. Puis j’ai gagné Paris pour faire mes études en droit et en science politique. Mais, malgré les contraintes de mon métier, j’ai toujours habité dans l’Ain.

Q/ Quel est votre métier ?
R/ Jusqu’en juin 2007, j’étais membre du Conseil d’Etat. J’ai intégré cette haute juridiction dès la fin de mes études supérieures, et je ne l’ai pas quittée depuis. Mon élection à l’Assemblée nationale m’a obligé à l’abandonner, mon mandat étant incompatible avec cette fonction. De toute façon, mon projet était de me consacrer exclusivement à mes mandats électifs. C’est ce que je fais désormais.

Q/ Votre intérêt pour la politique vous vient-il de votre père, Guy de la Verpillière, qui a été maire, conseiller général, député puis sénateur de l’Ain ?
R/ Oui, incontestablement. Lorsque je suis né, il était déjà maire de Proulieu, une petite commune qui a été rattachée à Lagnieu depuis. J’ai toujours vécu avec lui les grands moments de sa vie politique. Il m’a inculqué les valeurs et les principes qui étaient les siens : l’honnêteté, le dévouement aux autres, l’impartialité. En ce moment, je n’oublie pas que c’est en 1967, il y a tout juste 40 ans, qu’il a été élu député pour la 1ère fois.

Q/ Qu’est-ce qui vous plaît le plus, dans l’accomplissement de vos mandats publics ?  
R/ Le rapport avec les autres, les gens dans leur diversité et leur vie de tous les jours. Le goût d’agir en équipe, de faire mieux, d’apporter des solutions concrètes. L’envie profonde de dynamiser et de mettre en valeur un territoire que j’aime. De renforcer sa qualité de vie. D’offrir de meilleures chances aux jeunes, de leur faire confiance.